V

partie 25

BOMB NIGHT

préviously : 5eme nuit de rupture du night call

log 1> Conseil de guerre mais cette fois-ci dans le QG des ennemis d’hier devenus par la force des choses les alliés d’aujourd’hui. Mr Andersen est accompagné du “scanner” MATHEW SALEM. C’est le nom donné par le groupe Carlyle aux vampires doués d’AUSPEX et “employés” par la toute puissante multinationale. MATHEW SALEM a été sorti de son caisson pour scanner les kindred et s’assurer de la bonne foi des “7”.

log 2 > Pour les “7” le deal se résume à deux alternatives simples. Plan A se plonger en torpeur volontaire dans les caissons haut de gamme du groupe Carlyle et certainement ne jamais se réveiller. Plan B s’équiper en matériel de destruction et se barder d’explosifs fournis par la branche black ops de ARASAKA. Dans les deux cas les Goules gagnent. Dans les deux cas les “Vampires” perdent.

log 3 > Pour IRINA c’est l’heure de l’assaut final et de l’attaque ultime façon sabbat, Cantique de Caïn et pain de C4, “l’explosion-punition” contre le prince renaissant et son embryon de Camarilla. Pour Kleinspiegel c’est l’heure de la convocation et la sanction finale comme il se doit pour les ennemis de la Camarilla. Pour les goules c’est l’heure de compter les points et de ramasser les restes.

log 4 > La tour de PACKER est un piège de cristal de sang, un concentré vertical de trappes, des traders psychos armés de piques et de marteau à tous les étages, au sommet le primogène regroupé dans un cube noir d’acier blindé, des réserves de sang en quantité, et la machine à convocation prêt à s’emballer. Aucune chance.

Log 5 > En vrai fils de pute du KKK l’esprit malade de supremacistes de Vernon imagine un plan foireux : dominer des barbus innocents, les barder d’explosifs et les envoyer se faire sauter “up front” to the prince. Vernon s’offre une ultime tournée et kidnappe dans le quartier muslim de Chicago. Il éparpille sans difficulté les synapses de sa première marionnette qui se retrouve à marcher vers la tour de Packer un sac à dos bourré de C4.

log 6 > Un sourire à la con sur le visage la première Human BOMB conditionnée se retrouve en bas d’une tour sans savoir pourquoi et décide de téléphoner ce qui déclenche le KILO d’explo catégorie militaire qui souffle tout sur un rayon de 100 mètres. Une pluie de verre, une boule de feu orangée qui monte dans le ciel de Chicago, une épaisse fumée noire qui se voit à des kilomètres, les mêmes images envahissent les écrans. Les flics, les swats, les pompiers, les hélicos, ce soir c’est little 9/11 à Chicago.

Log 7 > Retour de souffle c’est une bombe de convocation qui explose dans la tête de Vernon et de IRINA qui se retrouve à devoir marcher vers le piège tendu par le prince. VERNON, tout prêt, joue encore le vice et s’empare d’un corps, techniquement il répond à l’appel du prince. Il se pointe et découvre que l’explosion à eu lieu 2 blocks plus loin. Rien à foutre, VERNON va lui même tout faire péter, il rentre dans la tour, monte dans l’ascenseur, arrivé au 50eme étage il se retrouve plaqué dans la cabine en chute libre et parvient tout juste à se faire exploser et s’extirper de justesse du corps, qui meurt pulvérisé au sens littéral. Vernon le marionnettiste déglingue un autre cerveau et le transforme en kamikaze zombie. Bavant et le regard paumé le pauvre connard titube vers la tour de PACKER. KLEINSPIEGEL fait une soudaine rechute de masquerade, toute cette agitation, les centaines de medias si proches de lui, c’est trop pour le prince qui siffle la fin du bal. La Bombe humaine finit la moelle épinière sectionnée par une balle de sniper tirée depuis la tour. KLEINSPIEGEL abat sa dernière carte : la dame de coeur, PATTY.

Log 8 > Au-delà du Trauma PATTY est menottée à PAT le “Barge” qui lui lèche le front. Message simple et direct du Prince. Rendez-vous plus tard et plus loin dans la nuit, sur les plages désertes du lac Michigan. La vieille ficelle de la prise d’otage. VOOS se glace, se renferme, et sent une boule de haine se former et grossir prêt à exploser. Ses limites ont été franchies, sans retour. Plus rien à perdre et surtout rien à gagner, lui et IRINA s’ouvrent la chair et plantent dans leurs os et dans leur corps desséchés les explosifs restants. Ils partent vers la plage. TIM à sa dose de kamikazes et d’explosions humaines ou vampires, il décroche et décide de fuir la ville profitant de la mise hors-service de HELENA. Il part avec MATHEW qui profite de cette fuite pour “démissionner” du groupe Carlyle.

log 9 > Sur la plage une trentaine de Traders pyschos du fight club montent la garde autour de PATTY toujours menottée à PAT, flanqué par ses deux frères gangrels. VOOS déjoue grâce à OBFUSCATE leur surveillance . Il apparaît juste le temps de demander pardon à PATTY. C’est l’explosion finale de la nuit, la dernière bombe sur Chicago. Des tonnes de sables sont projetées dans le ciel et retombent en une pluie de silice sur un cratère béant. Des bouts de corps disloqués et fumants sont éparpillés sur la plage. Encore debout, tenant par des filaments de muscles et de tendons, plus qu’une moitié de corps, PAT grogne une dernière fois avant de partir en cendres. IRINA, en ZULU Shape, hurle à la lune et regarde à l’horizon se profiler la silhouette noir d’un immense cargo en approche de Chicago : le ZERO DARK THIRTY.

Log 10 > TIM a réussi à fuir CHICAGO en état de siège. Arrêter dans une station service il voit au loin les fumées et les flammes des bombes et des explosions. 3 brefs éclairs, 3 impacts sur le pare-brise, 3 balles dans la tête de MATHEW SALEM qui gît sur le siège passager. Deux KINDRED étaient en obfuscate à l’arrière depuis leur départ de CHICAGO. le premier à l’apparence d’un vieil homme. Le second au contraire ressemble à un jeune homme athlétique. Le premier s’appelle PETROVITCH. Le second qui a tiré s’appelle CALVIN. Et leur message est simple. Eux et TIM doivent retourner à CHICAGO, maintenant, sans perdre une minute. MAMAN arrive…

TBC

Comments

RPGW RPGW

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.